05/10/2018 : Sépulture d'Annie GAY


AVIS DE DECES

ALBERTVILLE
Bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice, ils seront rassasiés.
Ses enfants et leurs conjoints (es), Marie-Danièle, Roselyne et Tom, Bernard et Clémence, Michel et Marie-Odile;
ses 11 petits-enfants en France, Allemagne, Suisse, Angleterre, Danemark et leurs conjoints.et ses 8 arrière-petits-enfants;
les familles Albérola, Gay, Deville-Duc, Fervel, Sevessand ont le chagrin de vous faire part du décès de

Madame Annie GAY, née COLLANGE
survenu à Albertville ce dimanche 30 Septembre 2018, dans sa 98e année, 20 ans après le décès de son mari.

Toute leur vie, Annie et Jean ont œuvré dans la vie associative, paroissiale et politique à Albertville, dans un esprit de fraternité, de justice, de solidarité et d'accueil aux étrangers.

La cérémonie religieuse des obsèques aura lieu le vendredi 5 octobre 2018 à dix heures en l'église de Saint-Sigismond.
Selon la volonté de la défunte, ni couronnes ni plaques, vos dons seront reversés au CCFD-Terre Solidaire.
Condoléances sur registre.



-----------------------

Témoignages

Texte de Marie-Danièle

Cette femme que l'on va enterrer aujourd'hui, c'est ma mère. Pas seulement ma mère. C'est aussi ANNIE.
Annie a toujours été habitée d'une très grande foi. Pas juste une foi de routine. Pour elle, la foi en Dieu était d'abord l'AMOUR du prochain. C'était une foi vivante, exigeante, agissante, avec une grande faim et soif de justice.
La jeune Annie de 18 ans - Annie Collange - a trouvé dans la J.O.C. (Jeunesse Ouvrière Chrétienne) un idéal qu'elle a gardé toute sa vie.
Puis c'est JEAN qu'elle a trouvé. Jean GAY.
Ils ont partagé un très grand amour, qui a duré toute leur vie. Une vie qu'ils avaient consacrée à Marie, la mère de Jésus. Unis autour de leurs 4 enfants, ils étaient unis aussi dans tous leurs très nombreux engagements.
Jean est mort, il y a 20 ans, mais il n'a jamais cessé d'être avec Annie, dans ses pensées et dans son coeur.
L'amour qui portait Annie, c'était aussi l'amour de ses enfants : les 4 enfants, moi Marie-Danièle, Roselyne, Bernard et Michel, les 12 petits-enfants et les 8 arrière-petits-enfants.
Il y a un an, Philippe, un des petits fils d'Annie, est décédé subitement à 38 ans. Ça a été un immense déchirement pour Annie qui avait été là auprès de lui à sa naissance et qui l'aimait tellement. Et elle avait tellement de chagrin aussi pour ses parents : pour Bernard - et pour Clémence.
Ses autres petits enfants sont presque tous là aujourd'hui : Muriel, Chantal, Claire, Florence, Jérémie, Samuel, Florent, Xavier, Christophe ainsi que la moitié de la génération suivante : Zoé, Éloïse, Timothée et Luca. 
Claudine-Zosia et Didier n'ont pas pu venir. Nous pensons à eux et savons qu'ils pensent aussi très fort à nous.
La plupart des conjoints sont là aussi : Clémence, Marie-Odile, Tom - ainsi que Steve, David, Christine. Nous savons que les conjoints qui n'ont pas pu venir pensent aussi très fort à nous.
L'amour, la faim et la soif de justice qui animaient Annie expliquent tous ses nombreux engagements envers les autres - tout au long de sa vie. Dans sa chambre, à Claude Léger, à quatre-vingt-dix-sept ans, elle écrivait encore des lettres pour l'ACAT (l'association des chrétiens pour l'abolition de la torture).
Annie, Annie Gay, était une femme gaie, joyeuse, s'émerveillant d'un rien, reconnaissante de tout. C'était dans sa nature, ça, c'est sûr mais c'était aussi un CHOIX délibéré, une volonté de prendre la vie du bon côté, avec optimisme et enthousiasme.
Annie était en effet animée d'une très grande volonté et détermination.
Dès ses jeunes années, elle avait DÉCIDÉ d'oeuvrer pour l'Amour, la justice, le partage. Elle avait CHOISI d'ouvrir son esprit et son coeur au maximum.
Toute sa vie, même au moment si douloureux du décès de Jean, elle n'a pas flanché et a maintenu le cap.
Toute sa vie, jusqu'aux dernières secondes, Annie a gardé tout son amour, tout son idéal, toute son espérance.
Oui, Annie, tu as vraiment toujours fait de ton mieux !
Oui, maman, tu as vraiment toujours fait de ton mieux !
MERCI, MERCI MAMAN, POUR TOUT.

Texte de Bernard

Mais où donc es-tu maman ? Quand je t'ai vu au funérarium, j'ai bien compris que tu n'étais plus là. Mais où es-tu donc maintenant ?
Si la vie dans l'au-delà reste une hypothèse, ce qui est certain, ce que je sais de manière certaine, c'est que tu es en chacun de nous.
Tu es très fortement en nous, nous tes quatre enfants.
Tu es également présente en chacun des membres de notre famille : nos conjoints, tes petits enfants, et toute ta famille élargie.
Tu as touché aussi beaucoup d'autres gens.
Tu es une trace dans le coeur de tous ceux que tu as aidés : les filles en difficulté à Valence au temps de la JOC, les couples et les familles, les jeunes sans éducation sexuelle, les immigrés ou les réfugiés que tu as accueillis, les personnes malades ou isolées que tu as visitées.
Tu es une marque dans l'esprit de tous ces jeunes que tu as contribué à former à travers la lecture de journaux, les activités récréatives, le catéchisme.
Tu es un exemple dans les yeux de tes amis et de tes proches qui ont appris avec toi à sourire, à être attentifs à l'autre, à être compréhensifs.
Tu es présente dans les associations, dans les organisations, que tu as soutenues, promues, aidées. Tu es dans les impacts qu'elles ont eus dans le monde.
Tu es aussi dans certains medias : les journaux pour enfants, le journal "La Vie", "Témoignage Chrétien" dont tu as soutenu le développement et parfois la survie.
Tu es une brique, une pierre de construction, car tu nous as construit et car tu as contribué, à ton niveau, à la construction d'une humanité chaleureuse et fraternelle.
Ta vie physique est achevée aujourd'hui.
Mais ta vie va se poursuivre sans fin, car ton empreinte dépasse les générations.
Maintenant, maman, je sais où tu es.

Texte de Michel

Maman, Papa, Voilà…
Vous êtes réunis pour toujours.
Unis vous l'avez toujours été.
Unis tous les 2 depuis ce beau dimanche à La Lanche où vos coeurs se sont rencontrés, puis continûment depuis. Même après la mort physique de Papa, Maman, tu es restée unie à lui, "ton p'tit Jean", il est resté vivant pour toi. Et pour nous.
Unis aussi à nous, vos enfants à qui vous avez donné la vie.
La vie pas seulement biologique, mais aussi affective, intellectuelle, religieuse, sociale, morale, La vie, quoi !
Unis à nos conjoints, que vous avez acceptés comme vos enfants : le Suisse, l'Anglais, la Malienne, la Française.
Unis à nos enfants, vos 12 petits-enfants ; et à leurs amis, à leurs conjoints et leurs conjointes, à leurs enfants.
Quelque soient nos nationalités, et que nos modes de vie aient ou non été en accord avec les principes moraux qu'on vous avait appris, tous, vous nous avez acceptés personnellement, vous nous avez aimés chacune, chacun.
Unis à vos amis, nombreux, dans le voisinage, la paroisse, les associations, les activités politiques ; unis aussi à ceux qui pensaient être vos ennemis, mais qui, pour vous, n'étaient que des adversaires, avec lesquels vous n'étiez pas toujours d'accord, mais que, toujours vous respectiez.
A la sépulture de Papa, il y a 20 ans, son frère a prononcé une homélie qui m'avait touché, appuyée sur la phrase de l'apôtre Jean : « Et nous, nous avons cru en l'Amour », phrase citée par Maurice GAY, dans son homélie de la messe de sépulture de Jean GAY ; la phrase exacte, tirée de la 1ère Epitre de (l'apôtre) Jean, est : "Et nous, nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru." (1 Jn 4, 16)
Oui, vous avez cru en l'Amour tellement fort que vous lui avez confié vos vies, et que vous nous avez rendus capables de nous aussi croire en l'Amour.
Et de le transmettre à d'autres… qui eux-mêmes le transmettront à d'autres… L'Amour… la Vie…
Maman, je garderai ça de toi : tu as cru en l'Amour, tu nous as aimés, tu nous as fait confiance.
Toujours, toujours.
Même dans les moments terribles, il y a 3 ans, il y a 1 an et ces dernières semaines, où ton cerveau te trahissait, où ton esprit s'échappait, tu as eu pour nous tes enfants, pour moi ton p'tit dernier, cet amour absolu, infini.
Maman, tu resteras en moi. Tu seras avec moi dans les petites choses : quand je ferai une omelette ou une crique des mots croisés.
Et aussi quand je verrai des fleurs dans les jardins ou en montagne ; quand je verrai le coucher du soleil sur la montagne toute rose en hiver.
Tu seras avec nous quand on déballera des cadeaux, qu'on s'extasiera devant toutes ces bonnes idées pour les trouver.
Tu seras avec moi quand je serai découragé. Mais aussi quand je m'acharnerai à défendre mes idées. Ou quand, simplement, je serai bien, avec les autres.
Maman, c'est toi, avec Papa, qui m'as fait celui que je suis.
Je continuerai à l'être, je continuerai à vivre, nous continuerons à vivre avec toi.
Pour tout ça, pour tout ce que tu nous as donné dans le passé? mais aussi dans le futur, Maman, je te dis merci merci merci à Dieu.
---------------

La célébration eucharistique a été conduite par le Père Guy CLERC, curé d'Albertville.

Intentions de prière

1. Accueil des étrangers, de l'autre
Mamie s'était engagée pour que tous, nous soyons ouverts et attentifs à l'autre, quelles que soient ses opinions, sa culture, ses orientations sexuelles ou son origine.
Pour que tous poursuivent son action, prions le Seigneur. (Muriel)

2. Développement des pays pauvres
Mamie s'était engagée pour que les inégalités entre pays se réduisent, pour que la situation économique des pays pauvres s'améliore, pour que leur gouvernance prenne en compte, en priorité, l'intérêt général. 
Pour que tous poursuivent son action et pour toutes les personnes qui oeuvrent en ce sens, que ce soit chez nous ou localement, prions le Seigneur. (Chantal)

3. Accueil de réfugiés
Mamie s'était engagée pour accueillir et pour être solidaire des étrangers demandeurs d'asile, chassés de leur pays par la guerre, la misère ou la dictature.
Pour que tous poursuivent son action, prions le Seigneur. (Jérémie)

4. Relations de couples, familles
Mamie s'était engagée pour les couples et les familles, pour qu'ils vivent en leur sein une relation harmonieuse, riche de leurs différences, basée sur la compréhension, sur un amour partagé et renouvelé, et pour qu'ils construisent ensemble leur avenir. 
Pour que tous poursuivent son action, prions le Seigneur. (Florent)

5. Lutte contre la torture
Mamie s'était engagée pour que l'exploitation de l'homme et la torture soient bannies de ce monde, pour que progressent le respect de l'autre, la fraternité et la démocratie. 
Pour que tous poursuivent son action, prions le Seigneur. (Samuel)

6. Media
Mamie s'était engagée pour que subsiste et se développe une presse tournée vers l'éducation et la pédagogie à destination des enfants ou des adultes, pour que subsiste et se développe une presse d'investigation ou une presse tournée vers l'engagement politique. 
Pour que tous poursuivent son action et pour toutes les personnes qui y contribuent activement chaque jour, prions le Seigneur. (Xavier)

7. Droit des femmes
Mamie s'était engagée pour défendre les femmes, toutes les femmes et pour que l'égalité femme-homme devienne une réalité.
Elle s'était engagée pour les femmes humiliées, maltraitées, pour celles qui doivent avorter et pour celles qui ne peuvent avoir un enfant. Elle militait pour que leur situation s'améliore, pour qu'elles re-trouvent le respect et la dignité de leur entourage. 
Pour que tous poursuivent son action, prions le Seigneur. (Claire)

8. Animation paroissiale
Mamie s'était engagée dans la vie paroissiale. Elle militait pour une pratique religieuse tolérante, adaptée aux questions de notre temps, ouverte aux exclus et aux marginaux.
Pour que tous poursuivent son action, pour les laïcs et les prêtres engagés dans l'église et pour que la relève se fasse, prions le Sei-gneur. (Florence)

9. Visite de personnes isolées
Mamie s'était engagée pour accompagner les personnes isolées, ma-lades ou démunies, pour qu'elles trouvent, autour d'elles, des aides, du réconfort, des marques d'amitié,
Pour que tous poursuivent son action, prions le Seigneur. (Christophe)